La société Carnhuanawc cherche à éveiller l’intérêt de la publique à la vie et à l’œuvre de Thomas Price (1787–1848). Elle essaie aussi d’encourager les connaissances de l’histoire du Pays de Galles. Thomas Price, mieux connu de son nom de barde ‘Carnhuanawc’ fut un des chefs de la vie culturelle galloise pendant la première moitié du 19ème siècle.

Son ouvrage le mieux reçu était ‘Hanes Cymru’ (L’Histoire du Pays de Galles) où il essaya pour la première fois d’établir l’origine et le développement de la nation galloise d’une façon scientifique. Publié en tômes entre 1836 et 1842, il montre aux Gallois leur situation exceptionnelle dans l’histoire de l’Europe comme héritiers et interprètes de la tradition littéraire et artistique des Celtes.

Aussi bien qu’historien, Carnhuanawc était essayiste, orateur, linguiste, amateur d’antiquités, artiste et musicien. Il fut l’auteur d’un très grand nombre d’articles pour des revues savantes et populaires. Son rôle dans la remise de l’Eisteddfod fut très important et il se servit de ses séances pour encourager du respect pour la langue, la littérature et la musique du Pays de Galles.

Il se fit le champion de l’éducation par moyen de la langue galloise à tous les niveaux – de l’école primaire rurale jusqu’à l’université. Grâce à la ‘société Minstrelsy galloise’ il aida à conserver la musique folklorique du Pays de Galles, et la ‘société des manuscrits gallois’, dont il était fondateur, garantit que les manuscrits en gallois medieval qui sont extrêmement précieux sont maintenant en bon état et à la disposition des savants à étudier.

De sa domicile à Llanfihangel Cwmdu en Breconshire, où il était prêtre, il correspondait avec d’autres intellectuels de partout en Europe et fit nombreux voyages en Grande Bretagne et en Europe à la recherche des racines celtes de son peuple. Il s’intéressa autant au bien-être culturel et spirituel des cousins celtiques des Gallois, les Bretons, qu’il apprit leur langue et collabora avec Le Gonidec à traduire la Bible en Breton. Il s’était aussi lié d’amitié avec un des chefs de la vie littéraire bretonne à l’époque, Villemarque (‘Kervarker’), rédacteur de ‘Barzaz Breiz’ et l’accueillit à une série très réussie d’Eisteddfodau à Abergavenny, accompagné de plusieurs chefs diplomatiques et culturels renommés parvenant de l’Europe et de plus loin.

Il n’y a aucune doute que Carnhuanawc rendit au peuple gallois le sentiment de leur importance d’un point de vue historique et mondial. Sa vie continue à inspirer les Gallois à lutter pour que leur identité soit reconnue et que leur langue et leur culture soient respectées.


La société Carnhuanawc

HAFAN